Please consider supporting us by disabling your ad blocker.

History

Bestel

Présentations

Ô magnifique maraudeur, mortel naufragé de ce monde moribond ! C'est la première ligne de mon poème en ton honneur, exilé.

Hé, tout doux ! Tu pourrais tuer quelqu'un avec un regard pareil.

Moi, c'est Bestel, capitaine de la Mouette rieuse. Hélas, mon navire a sombré. Mon équipage a sombré. Mais mon esprit, lui, est toujours à flot… si l'on veut.
Ô sublime sorcière, sauvagement sacrifiée sur le sable de Wraeclast ! C'est la première ligne de mon poème en ton honneur, exilée.

Hé, doucement, jeune fille ! Tu risques de brûler quelqu'un avec un regard pareil.

Moi, c'est Bestel, capitaine de la Mouette rieuse. Hélas, mon navire a sombré. Mon équipage a sombré. Mais mon esprit, lui, est toujours à flot… si l'on veut.
Ô ravissante rôdeuse, risquant d'être rongée par les rats de Wraeclast ! C'est la première ligne de mon poème en ton honneur, exilée.

Hé, doucement, jeune fille ! Tu pourrais transpercer quelqu'un avec un regard pareil.

Moi, c'est Bestel, capitaine de la Mouette rieuse. Hélas, mon navire a sombré. Mon équipage a sombré. Mais mon esprit, lui, est toujours à flot… si l'on veut.
Ô délicieux duelliste, délaissé sur cette plage désolante et désertée ! C'est la première ligne de mon poème en ton honneur, exilé.

Hé, tout doux ! Tu pourrais lacérer quelqu'un avec un regard pareil.

Moi, c'est Bestel, capitaine de la Mouette rieuse. Hélas, mon navire a sombré. Mon équipage a sombré. Mais mon esprit, lui, est toujours à flot… si l'on veut.
Ô belle ombre, où plongent tes songes devant les sombres ondes de cette plage ? C'est la première ligne de mon poème en ton honneur, exilé.

Hé, tout doux ! Tu pourrais empoisonner quelqu'un avec un regard pareil.

Moi, c'est Bestel, capitaine de la Mouette rieuse. Hélas, mon navire a sombré. Mon équipage a sombré. Mais mon esprit, lui, est toujours à flot… si l'on veut.
Ô tyrannique templier, trépignant tristement à travers les détroits de Wraeclast ! C'est la première ligne de mon poème en ton honneur, exilé.

Oh, on se calme ! Tu pourrais damner quelqu'un avec un regard pareil.

Moi, c'est Bestel, capitaine de la Mouette rieuse. Hélas, mon navire a sombré. Mon équipage a sombré. Mais mon esprit, lui, est toujours à flot… si l'on veut.
À en juger par ton regard, il vaudrait mieux pour moi que nous soyons amis. Je ferais un bien piètre adversaire.

Moi, c'est Bestel, capitaine de la Mouette rieuse. Ô mon bateau, si beau et si rapide ! Rien à voir avec l'affreux chaland du Haut templier qui t'a amenée jusqu'ici.

Hélas, mon navire a sombré. Mon équipage a sombré. Mais mon esprit, lui, est toujours à flot… si l'on veut.

Merveil

{Un vrai croqueur de femmes, ma parole ! Ce poulpe chantant n'avait aucune chance. Je l'ai su dès l'instant où j'ai croisé ton regard si tranchant.

Je te remercie au nom de tous mes frères qu'elle a entraînés dans les profondeurs, pirates mis à part. Maintenant que les dernières notes de la coda s'estompent, nul n'aura besoin de se rappeler la chanson de Merveil.}{Une vraie croqueuse de femmes, ma parole ! Ce poulpe chantant n'avait aucune chance. Je l'ai su dès l'instant où j'ai croisé ton regard si tranchant.

Je te remercie au nom de tous mes frères qu'elle a entraînés dans les profondeurs, pirates mis à part. Maintenant que les dernières notes de la coda s'estompent, nul n'aura besoin de se rappeler la chanson de Merveil.}

Marceus Œil de Lion

C'est ici, au Guet d'Œil de Lion, que Marceus commandait la plus méridionale des Légions éternelles. Pourquoi « Œil de Lion » ? Ce fou s'était fait enlever l'œil gauche pour le remplacer par une gemme aux reflets dorés.

Sa tête a fini pendue à la ceinture du roi Kaom. Un bel ornement, à n'en pas douter.

Nessa

Pauvre Nessa. Elle n'est même pas encore mère, mais c'est elle qui s'occupe de nous tous. Et tu parles d'une fratrie de fortune sur laquelle veiller, aussi pathétique que maladive… Faites qu'elle puisse fonder un jour sa propre famille, une vraie famille. Si quelqu'un le mérite, c'est bien notre Nessa.

Le Coffre de médecine

Il y a une île, à deux ou trois coups de rame au large des Terrasses. C'est là que ma pauvre Mouette rieuse s'est échouée.

J'ai vu les indigènes faire rôtir le docteur du bateau à la broche, mais ça n'empêcherait pas son Coffre de médecine de s'y trouver encore, parmi les débris et les ossements. Si c'est le cas, ce Coffre contient tout ce dont Nessa aurait besoin.

Le docteur Opden, dit « la Tremblote », n'avait aucun talent pour le bistouri, et encore moins pour la scie… mais pour les opiacés, c'était le roi incontesté. Ce qui expliquerait d'ailleurs les tremblements, si tu veux mon avis.

Tarkleigh

Des vagues Tarkleigh a sauvé
Bestel à une planche accroché
Sans équipage ou une barque
Bestel survit grâce à Tark… leigh.

Les noyés

Arrol, le cuisinier de la Mouette rieuse, a été rejeté par la mer là-bas, sur les rochers. Mort comme un caillou. Je l'ai enterré de mes mains.

Après quelques jours, le voilà qui débarque sur la plage… un peu plus usé certes, mais debout, déambulant de-ci, de-là. Décidément, avec Wraeclast, on n'est jamais au bout des mauvaises surprises.

Merveil

La Crique de la sirène appartient à Merveil.

Ces bouchers de boucaniers ont mis le cap sur elle, ceux qui ont pillé ma pauvre Mouette rieuse. Ça donnerait une note des plus poétiques à ma revanche s'ils s'arrêtaient chanter avec les jolies filles de Merveil sur la route du retour.

Brutus

Brutus, le Geôlier de la Prison d'Axiom. On raconte — enfin, les marins imbibés de bière racontent — que la peur aurait quitté le navire du grand Brutus. Pas la peur de l'homme ni celle des bêtes... mais celle de la mort.

La vie est comme le vin : il faut en profiter avec modération. En aucun cas je ne voudrais avoir la gueule de bois de Brutus.

Les rhoas morts-vivants

Des rhoas rassis erreraient ici, à Wraeclast ? Ces pintades purulentes pleuvraient de partout pour pourrir nos plages ? Ces faisans fouineurs fourreraient leur fiente dans nos affaires… Quoi ? On n'a pas le droit de rire un peu dans cet endroit lugubre ?

Le Capitaine Fairgraves

Fairgraves était quelqu'un de bien et un grand explorateur. Il a ouvert la voie vers de nombreux mondes inconnus, pour le meilleur et pour le pire. Souvent pour le pire, en ce qui concerne les indigènes.

Je trouve apaisant de savoir qu'il repose désormais là où il le devrait. Ne parlons plus de lui à présent, veux-tu ? Nombreux sont ceux qu'il a inspirés. Ce serait dommage de gâcher la mémoire d'un héros tel que lui.

Le Capitaine Fairgraves

Fairgraves ? L'explorateur ? Personne ne l'a vu ni n'a entendu parler de lui depuis qu'il a levé l'ancre pour Wraeclast, il y a plus de trente ans.

Alors, si tu t'apprêtes à me dire que tu as rencontré le capitaine Fairgraves en chair et en os, c'est que tu as eu affaire à un menteur, ou à quelque chose de bien, bien pire.

La Porte du Prisonnier

Piété a redressé la barricade de Shavronne ? Les chances que j'arrive à me rendre à l'intérieur des terres étaient minces, mais c'était quand même bien de pouvoir au moins en caresser le rêve.

Attends une seconde, j'ai une idée errante en train d'arriver à bon port. Piété est du genre à surveiller ses arrières, alors ça m'étonnerait qu'elle ait coupé tous les ponts qui lui permettraient de battre en retraite en cas de problème.

Rusée comme elle est, cette sorcière dispose certainement d'un moyen d'abaisser la barricade depuis l'autre côté.

Poème inspirant

{Un étranger à nul autre pareil
Fit face au mur de la dame d'Umbra
Et à une terre oubliée du soleil
Aux naufragés ouvrit la voie
Pour rendre l'espoir à qui ne l'a plus
L'espoir de vivre un jour de plus.}{Une étrangère à nulle autre pareille
Fit face au mur de la dame d'Umbra
Et à une terre oubliée du soleil
Aux naufragés ouvrit la voie
Pour rendre l'espoir à qui ne l'a plus
L'espoir de vivre un jour de plus.}

Le passage rouvert

Tiens, je me suis dit que ton exploit méritait d'être immortalisé par un poème, c'est d'ailleurs l'un de mes plus réussis. Oh, et prends ceci ; je le gardais pour une occasion spéciale. Considère-toi comme étant cette occasion.

Le Coffre de médecine

Comme ça, tu as réussi à récupérer ce qu'il restait des potions de la Tremblote ? Bien joué ! Nessa en fera bon usage. Bien mieux que ce charlatan opiomane d'Opden n'en a jamais fait.

Survivre à Wraeclast

Un jour, nous serons assez forts pour entrer à l'intérieur des terres et nous reconstruire sur la carcasse d'un empire disparu.

C'est bien pour ça que Dieu nous a envoyés ici, pauvres asticots que nous sommes, non ?

Présentations

En voilà un regard que je n'oublierai pas de sitôt ! Si ce que l'on raconte est vrai, ils ont vu toutes les merveilles que Wraeclast a à offrir… ainsi que certaines choses qu'ils auraient préféré ne pas voir.

Et fais-moi plaisir, ne me parle pas d'Oriath. Mes oreilles débordent encore des larmes que tes pauvres camarades ont versées là-bas.

Nessa

Quelle triste histoire, plus déchirante que toutes les complaintes que j'ai pu entendre. Notre pauvre Nessa, disparue… Elle s'est enfoncée dans la nuit en marmonnant qu'elle allait « danser au rythme de sa chanson ».

Non, je ne l'ai pas suivie. En fait, j'ai compris qu'elle n'était pas rentrée quand je me suis réveillé au petit matin. J'avais simplement cru qu'elle s'était mise en retrait pour se parler toute seule, comme elle le faisait depuis quelques semaines.

Elle ne cessait de répéter les mêmes choses, à propos de « lui » et de sa « chanson », peu importe qui diable « il » peut bien être.

Nessa

{Tu sais que c'est mal de se moquer d'un esprit confus, non ? Tu dis que Nessa est toujours en vie et qu'elle s'est transformée en cabillaud ? Laisse-moi rire ! Bon, je concède que tu ne t'es jamais vraiment trompé jusqu'ici, alors je n'ai pas vraiment le choix de prendre ton histoire rocambolesque au sérieux.

Elle a mentionné le Roi des Embruns, c'est ça ? Voilà un nom qui peut souiller le pantalon du plus blasé des poètes. Merveil a beau être morte, la mer regorge encore de chants séducteurs, et cette fois-ci, on dirait bien que ce soit celui d'un baryton longtemps mariné qui se fait entendre.}{Tu sais que c'est mal de se moquer d'un esprit confus, non ? Tu dis que Nessa est toujours en vie et qu'elle s'est transformée en cabillaud ? Laisse-moi rire ! Bon, je concède que tu ne t'es jamais vraiment trompée jusqu'ici, alors je n'ai pas vraiment le choix de prendre ton histoire rocambolesque au sérieux.

Elle a mentionné le Roi des Embruns, c'est ça ? Voilà un nom qui peut souiller le pantalon du plus blasé des poètes. Merveil a beau être morte, la mer regorge encore de chants séducteurs, et cette fois-ci, on dirait bien que ce soit celui d'un baryton longtemps mariné qui se fait entendre.}

Lilly

Lilly Roth ? La petite-fille du légendaire Roth la Carie ? Oh, excuse-moi si j'ai l'air un peu… fébrile. Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de rencontrer un membre de la royauté des mers. Je veux dire, tu sais ce que je pense des pirates, mais les Roth ont autant en commun avec ces sales rats que... qu'un requin avec un poisson rouge.

Le sang de son grand-père coule dans les veines de Lilly, ça se voit au premier coup d'œil. Contemple l'éclat qui brille dans son regard, la rougeur de son teint... Voilà les traits d'une princesse pirate, ça ne fait aucun doute.

Les Dieux anciens

Ah ça oui, nous vivons une époque bien étrange. Une époque où les vieilles histoires renaissent en brayant et en vomissant dans notre monde de sang et de poussière.

Tout ça est très inspirant quand on y pense, c'est pourquoi j'ai écrit un petit texte à ce sujet.

D'antiques histoires
Sautent de leurs lits
Planant sur nos craintes
Se dressant au-dessus de nos têtes
De vieilles soifs
Et des désirs d'autrefois
Détruisent tout sur leur passage
Pendant que l'humanité saigne
Des rivières d'histoire
Des lacs de sang
Les dieux sont parmi nous
Et nous nous cachons dans la boue

Tukohama

Avec Kitava qui se balade maintenant à Oriath, on pourrait avancer que le mythe est en train de devenir réalité.

Mais il serait faux de croire que les divinités sont simplement issues de la tête d'un poète. Je ne pourrais pas composer une ode en l'honneur du dieu de la bière éternelle et tendre une choppe au ciel pour espérer récolter le nectar.

Non, je suis sûr que les dieux ont déjà festoyé, dansé et déféqué comme toi et moi par le passé. Et on dirait qu'ils sont prêts à remettre le couvert...

Prends le vieux Tukohama, le Père de la guerre karui, par exemple. Imagine-le confortablement blotti dans les poings de Kaom pour reprendre le jeu de la guerre, comme si le dernier millier d'années écoulées n'avait été pour lui que quelques jours de repos.

À bien y penser... C'était peut-être le cas !

Le Roi des Embruns

Tu ne rencontreras jamais de marin qui n'offre pas une petite prière adressée au Roi des Embruns avant de larguer les amarres. En fait, les capitaines les plus superstitieux n'hésitent pas à noyer un esclave ou un mutin les soirs de pleine lune… juste pour s'assurer que le vieux Tsoagoth reste bien sagement au fond de ses abysses.

Non, non, ce n'était pas un éternuement. Tsoagoth est le vieux nom azmérien du dieu marin. Le prononcer à bord d'un navire attirerait le malheur. Un crime passible de mort, pour tout dire.

Le Roi des Embruns

Je parie que le Roi des Embruns a trouvé la note salée, car tu as joliment noyé le poisson en y mettant ton grain de sel ! Mais bon, comme le disait un grand sage, « on ne peut apprendre au crabe à marcher droit »...

Tu me trouves lourd ? Tu as sans doute raison. Pour être honnête, je me « plie » en quatre dans l'hilarité générale pour tâcher de me « frayer » un chemin en eaux troubles face à une question épineuse.

En l'occurrence, Nessa.

Elle ne reviendra pas, n'est-ce pas ? Je ne peux pas dire que cela me surprend, avec tout ce qu'elle a enduré... Avec ce qu'elle est devenue.

Je lui souhaite d'être heureuse là-bas, dans l'océan. Plus heureuse qu'elle ne l'a été sur cet horrible continent qui est le nôtre, en tous les cas.

La Crête noire

{Tu foules le pont de la mythique Crête noire et c'est nul autre que le vieux Weylam en personne qui te sert de capitaine ? Qu'on me transforme en singe de pirate ! En tout cas, on peut dire que tu sais comment voyager avec classe, exilé !}{Tu foules le pont de la mythique Crête noire et c'est nul autre que le vieux Weylam en personne qui te sert de capitaine ? Qu'on me transforme en singe de pirate ! En tout cas, on peut dire que tu sais comment voyager avec classe, exilée !}

Shavronne d'Umbra

Des cris qui retentissent de toute part. Des hurlements et des grondements impies qui résonnent dans les couloirs, entrecoupés du crissement et des cliquetis d'une machinerie ésotérique. Une puanteur de chair brûlée et de sang en ébullition qui vous prend aux tripes et qui ne vous lâche plus. Telle est l'ambiance de la Prison d'Axiom, maintenant que notre bonne dame d'Umbra est rentrée à la maison.

En tant que poète, j'ai un petit faible pour la créativité, cela va de soi  ; pourtant, alors que mon art consiste à tisser des tapisseries de mots et de merveilles, celui de Shavronne est plutôt viscéral — littéralement. Elle se sert en effet de la chair, des os et des âmes comme matériaux de prédilection.

La pulsion artistique est le plus noble des appels, mais dans ce cas précis, je crois qu'un sens critique des plus sévères est de rigueur.

Aberrath

Qui aurait cru que ces raclures chevrotantes iraient se convertir à la religion ? À mon sens, il n'y a rien de tel pour faire perdre l'appétit à quelqu'un qu'un débat religieux à l'heure du repas.

Et pourtant, Abberath, ce dieu des hommes-chèvres, semble bien déterminé à donner un autre sens à l'expression « nourriture spirituelle ».

Pour être plus clair, quand les hommes-chèvres parviennent à lui dénicher un ou deux êtres humains tout roses comme sacrifice... il les mange. Leur viande, leur âme et tout le reste.

Du moins, ainsi vont les légendes.

Aberrath

{Le vieux bouc mange les pissenlits par la racine, hein ? Attends… Je sens un poème me venir aux lèvres.

Dans le troupeau bêlant
Parmi les bêtes cornues
Notre exilé se fraya un chemin sanglant
Jusqu'à l'audience avec le vieux Billy
Aussi appelé le Sabot fourchu
Ou Abberath
Et bien d'autres noms cocasses
« Dîne avec moi, mon ami »
Gronda le vieux Billy
« Donne-moi ton âme »
« Donne-la-moi ! »
Notre exilé sourit et égorgea le bouc
Afin qu'aucune autre âme
Ne trouve jamais plus le chemin de sa gorge de plouc.

En toute franchise, si tu savais à quel point c'est compliqué de trouver une bonne rime avec « bouc », exilé.}{Le vieux bouc mange les pissenlits par la racine, hein ? Attends… Je sens un poème me venir aux lèvres.

Dans le troupeau bêlant
Parmi les bêtes cornues
Notre exilée se fraya un chemin sanglant
Jusqu'à l'audience avec le vieux Billy
Aussi appelé le Sabot fourchu
Ou Abberath
Et bien d'autres noms cocasses
« Dîne avec moi, mon ami »
Gronda le vieux Billy
« Donne-moi ton âme »
« Donne-la-moi ! »
Notre exilée sourit et égorgea le bouc
Afin qu'aucune autre âme
Ne trouve jamais plus le chemin de sa gorge de plouc.

En toute franchise, si tu savais à quel point c'est compliqué de trouver une bonne rime avec « bouc », exilée.}

Le Cimetière des navires

Pauvre Nessa. Si une espèce de barrière salée bloque le Cimetière des navires à l'heure qu'il est, ça veut dire que le Roi sait que tu projettes de le soulager de sa future Reine.

Bon, tu sais ce qu'il te reste à faire. Tu dois avoir l'habitude des longues et périlleuses aventures depuis le temps. Voyons ça du bon côté : c'est là une excellente source d'inspiration pour un poème épique. Je vais m'y mettre de ce pas !

Weylam Roth

Aucun pirate n'a plus grande renommée que Weylam « la Carie » Roth. À l'époque où Fairgraves était encore un louveteau de mer à peine amariné, la Carie hantait déjà le Détroit d'Oriath à bord de son vaisseau, la Crête noire.

On dit qu'il aurait construit cette dernière de ses propres mains et qu'il aurait renforcé sa coque avec les os d'un gigantesque monstre marin qu'il aurait tué seulement avec un harpon et une bouteille de rhum. On n'a jamais connu un navire aussi agile et redoutable, comme si l'esprit de cette créature vivait toujours parmi ses planches.

Personne n'a revu la Carie depuis au moins vingt ans, mais je sais où se trouve la Crête noire : au Cimetière des navires. On dirait bien que Weylam Roth a partagé son dernier repas avec Merveil.

Ton poème épique

J'imagine que tu as remarqué que le Guet d'Œil de Lion a vu de meilleurs jours. Notre petite bourgade florissante est malheureusement devenue un sinistre bourbier de désolation et de désespoir. Je mets la faute sur la météo.

Comme tu le sais, j'ai à cœur le bien-être de notre espèce ; or, je suis particulièrement convaincu que l'art de raconter exerce un pouvoir apaisant sur l'âme. À l'époque où j'étais encore le capitaine de la Mouette joyeuse, le fait de passer plusieurs jours au large me permettait de travailler sur mes aspirations de comédien. J'ai même écrit une pièce épique durant cette période — un monologue, en vérité — appelée « Cédric et l'Inconnue plantureuse ».

J'ai scellé le manuscrit dans un rouleau de cuir gras et je l'ai déposé dans la cale de mon navire afin de le préserver. Peux-tu aller le récupérer à la Presqu'île, là où ma pauvre Mouette joyeuse s'est échouée ? Qui sait, peut-être serai-je en mesure de ramener le sourire au Guet avec un petit spectacle ?

Ton poème épique

Merveilleux ! Oui… Oui ! Tout y est. Hum ! Acte I, Scène 1 :

« Au long du littoral ondulent les herbes hautes
Le soleil éblouissant meurt dans la baie d'émeraude
Si étrange est la nuit où se réveillent les noyés
Et la pâle lune se levant dans le ciel gelé
J'ai perdu mon Inconnue et ses soyeux coussins
Sur lesquels je reposais en mer caressé par les embruns... »

Morose, évocateur... Pas aussi marrant que dans mes souvenirs, mais je suis certain que ça va en s'améliorant à l'Acte II. Quoi qu'il en soit, tu as ma gratitude. Tiens, choisis quelque chose pour ta peine.

Et la prochaine fois que tu repasseras en ville, viens assister au spectacle. Je laisserai ton nom sur la porte... Si je parviens à dénicher une porte d'ici là, bien entendu.